Presentation

  • : Les bases du dessin ... et de la peinture
  • Les  bases  du  dessin ... et  de  la  peinture
  • : GRATUITEMENT : Initiez-vous ou effectuez une remise à niveau aux règles élémentaires en dessin et peinture TOUT SUR LES PERSPECTIVES ET LES POINTS PARTICULIERS et BIEN DÉMARRER A L'HUILE Nombreux exemples et Galerie virtuelle
  • Contact

  Les Bases du Dessin
... et de la Peinture

Liste D'articles

  • Amélioration programmée des illustrations
    PROCHAINEMENT!!!!!!!
  • PREAMBULE : J’aimerai vous faire découvrir le dessin, non pas pour que vous sachiez dessiner, mais pour que vous regardiez les choses autrement. Chacun sait plus ou moins dessiner et pourtant tout le monde n’est pas un artiste, même si beaucoup de pratiquants l’affirment. C’est surtout les autres qui vous le diront.
    BIENVENUE SUR MON BLOG Ce blog comporte une 1ère partie destinée à vous familiariser avec les principes de bases du DESSIN. Si vous êtes "débutant", respectez l'ordre de découverte des articles. Il vous permettra une meilleure compréhension. Une 2ème...
  • AVANT PROPOS
    ****************************************************** NOTA : le chapitre "Exercices ... Gymnastique de l'esprit" vous permet d'évaluer votre niveau de compréhension et de valider vos acquis après avoir parcouru un article en particulier. Dessiner, c'est...
  • MATERIEL de DESSIN
    Par opposition à la peinture ou plusieurs couleurs sont utilisées, le dessin est principalement effectué par l'intermédiaire de : - crayon ou mine graphite, (voir compléments ci-dessous) - encre de chine, (composition : noir de fumée + colle ou gélatine)...
  • EDUCATION : MAIN ET OEIL
    Pour commencer à dessiner, il faut si possible : - un poste de travail adéquat (bloc à dessin / feuilles poser sur une table) - un bon éclairage du plan de travail - un sous-main (feuille) pour éviter de poser la main sur votre travail - un crayon graphite...
  • PERSPECTIVE par CHEVAUCHEMENT
    Perspective très simple à mettre en oeuvre. La superposition des éléments nous donne la situation dans l'espace (dans le sens de la profondeur) Ci-dessus : A gauche sans chevauchement, à droite avec chevauchement Exemple : Les arbres, par chevauchement...
  • PERSPECTIVE par CHANGEMENT de TAILLE
    Dans l'exemple ci-dessus, le changement de taille des maisons donne la profondeur et influence la perception (situation dans la profondeur, du plus près au plus loin, du plus grand au plus petit) Mise en application en peinture : Sans aucune ligne de...
  • REDUCTION DES ESPACEMENTS
    La réduction de l'espacement entre les objets, en même temps que le changement de taille, procèdent également à cette perception de profondeur. Dans l'exemple ci-dessus, à gauche, la profondeur n'est pas perçue, alors qu'à droite, le cerveau à travers...
  • PERSPECTIVE par Modelé et Ombres
    Le modelé est un des procédés utilisé pour définir les formes ou volumes "ronds" qui ne comportent pas d'arêtes vives, donc pas de lignes de fuite. C'est la lumière qui génère les ombres et lumières réfléchies. Souvent ces ombres vont apporter la meilleure...
  • LES COULEURS
    LUMIERE ET CERCLE CHROMATIQUE Avant d’aborder le dessin « noir et blanc », passons rapidement par un point nécessaire et indispensable : la couleur et donc la lumière. Cette lumière est un flux de photons (ondes électromagnétiques). En traversant un prisme,...
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 07:32

PROCHAINEMENT!!!!!!!

Partager cet article

Published by JAIME
commenter cet article
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 08:47

 

BIENVENUE SUR MON BLOG

 

Ce blog comporte une 1ère partie destinée à vous familiariser avec les principes de bases du DESSIN. Si vous êtes "débutant", respectez l'ordre de découverte des articles. Il vous permettra une meilleure compréhension.

Une 2ème partie, accessible en cliquant sur SOMMAIRE PEINTURE (ci-dessus), vous relie directement aux informations spécifiques à la PEINTURE.

Un article est destiné à vous aider pour vos premiers achats de couleurs et autres matériaux.
 

Partager cet article

Published by JAIME - dans abc-dessin
commenter cet article
15 avril 2009 3 15 /04 /avril /2009 20:08

 

******************************************************
  NOTA : le chapitre "Exercices ... Gymnastique de l'esprit"
vous permet d'évaluer votre niveau de compréhension
et de valider vos acquis après avoir parcouru un article en particulier.
 
 ABCDessin.jpeg

 

  Dessiner, c'est errer dans l'espace avec un crayon.



    *** LES BASES DU DESSIN ***   

L’œil voit, le regard pense, la pensée touche.

 Par cette citation nous devons comprendre que l’œil enregistre les couleurs, donc la lumière qui est transmise au cerveau. Cette perception est transformée, analysée et interprétée par le cerveau, puis traduite en émotion.
Tout objet est défini dans l'espace par 3 dimensions : la hauteur, la largeur et la profondeur. Pour retrouver cette dernière dimension, la profondeur, sur la surface ou nous allons dessiner, nous pouvons mettre en oeuvre plusieurs moyens et utiliser
DIFFERENTES FORMES DE PERSPECTIVE.

 Dessiner consiste à représenter sur une surface BI-dimensionnelle, un objet TRI-dimensionnel. Avec la perspective, nous « trompons » le cerveau en lui suggérant la profondeur qui n'existe pas dans l'épaisseur de la feuille de papier !

 

Préliminaire ou la théorie des « 2 cerveaux » :

  Nous savons que l’image est enregistrée par notre système de vision, puis décodée par notre cerveau. Par contre, pour créer et dessiner une image, un autre chemin est mis en œuvre : une image est générée dans notre cerveau, puis dessiner par l’intermédiaire de notre main sous le contrôle de notre vision. Mais dans quelle partie du cerveau est générée cette image?

  Dans son livre « Visualisation des images pour agir », mon ami François J. Paul-Cavallier* souligne dans la « théorie des 2 cerveaux », l’importance de la structuration de la pensée et de l’influence de l’esprit sur la réalité. Pour résumer ce que d’autres chercheurs** mettent aussi dans cette théorie, ils ont démontré qu’à partir des 2 hémisphères, lobe droit et lobe gauche du cerveau, des actions tout à fait différentes prennent naissance. A noter que c’est le lobe droit qui commande la partie gauche de l’individu et le lobe gauche qui commande la partie droite.

  Lobe GAUCHE : il analyse, déduit, rationnalise. C’est le siège du verbal, du relationnel, du séquentiel et du symbolique. En somme, tout ce qui tient de la logique et de la critique.

C’est le dominant.

  Lobe DROIT : il est plus rapide et plus complexe (partie plus développée chez les artistes). C’est le siège de ce qui est irrationnel, intuitif, émotif et où se génèrent les images et les rêves. On l’appelle le dominé.

 

Ces 2 hémisphères interfèrent constamment et nous empêchent d’exploiter la totalité de nos possibilités pour nos aptitudes à dessiner. Il faudrait donc utiliser le potentiel du « cerveau droit » pour mieux réussir dans ce domaine.

  Environ jusqu’à l’âge de 10 ans, aucun hémisphère est dominant, mais le « droit » est mis en jeu lors des premiers dessins. Il utilise tout naturellement la visualisation, la mise en espace par le tracé des contours : il évite les détails. Observez un enfant qui dessine une maison, un personnage : il va droit à l’essentiel.

A partir de 10 ans, la structure du « gauche » se développe grâce à l’apprentissage et les acquis scolaires. On commence à analyser d’une façon logique et rationnelle, ce qui commence à limiter le potentiel du « droit ».

Pour souligner cette prépondérance en évitant la symbolisation de nos acquis, faites faire le test suivant : prenez un dessin … même un peu compliqué et présenté le à l’envers avant de le reproduire. Vous serez surpris du résultat.

Pour mieux dessiner, il faut donc amener le « cerveau gauche » à capituler. Ce passage est certes difficile, mais vous permettra une meilleure évasion en dessinant, sans vous fatiguer par une grande concentration.

  Dessiner d’une façon réaliste est important. Cette activité nous permet :
- de « voir en profondeur »,
- de regarder autrement … d’une façon différente,
- de mieux libérer le geste … même pour d’autres activités.

  * F. J. Paul-Cavallier : psychothérapeute et formateur pour améliorer et développer ses compétences.
**  Betty Edwards, Itsuo Tsuda
qui ont publié des livres sur ce sujet.

 


 

UN PETIT BOUT D'HISTOIRE :

 Avant de voir le sommaire, petite histoire de l’évolution de la perspective dans le dessin et la peinture.

Cette représentation de la profondeur a été résolue de différentes façons au fil du temps. Initialement, le dessin définissait plutôt les contours.

 

Pour la Grèce antique : premiers systèmes et théories décrites par Euclide, principalement basés sur la taille et la réduction des objets.

Pour la civilisation romaine : première approche avec 1 point de fuite

Ce n’est qu’à la fin du Moyen –âge, début du XIIIe siècle que furent « inventées » et définies les premières règles de la perspective.

Vers 1400, les premières peintures de Giotto laissent apparaître certaines formes de perspective.

Formulées pour la 1ère fois par des artistes, mais surtout des architectes (Piero della Francesca, Alberti, Brunelleschi) les règles élémentaires : ligne d’horizon, et points de fuite vers lesquels convergent les lignes de fuite.

Vers 1450, Léonard de Vinci complète et précise ces règles de la projection, ainsi que la théorie sur les variations de la couleur selon l’éloignement (perspective atmosphérique). Puis Raphaël synthétise toutes ces donnés.

Vers 1500, Albrecht Dürer met en œuvre des systèmes pour simplifier les représentations : mire et plaque de verre posée verticalement, puis reproduction par quadrillage.

   

A première vue, ce croquis semble correct ... et pourtant en observant bien vous trouverez des erreurs. Si vous ne les voyez pas, revenez ici à la fin de la consultation des articles et refaites le test. Votre vision aura certainement changé.

Partager cet article

Published by JM LETZ - dans abc-dessin
commenter cet article
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 20:00

Par opposition à la peinture ou plusieurs couleurs sont utilisées, le dessin est principalement effectué par l'intermédiaire de :

- crayon ou mine graphite, (voir compléments ci-dessous)

- encre de chine, (composition : noir de fumée + colle ou gélatine)

- fusain, (origine : baguette bois en saule, bouleau + carbonisation "combustion sans oxygène")

- sanguine (composition : pigment de poudre fine couleur ocre rouge + gomme arabique).

 

Les crayons ou mines en graphite sont composés d'un mélange de poudre de graphite et d'argile (liant). Ce mélange est cuit au four. Ces crayons sont numérotés en fonction de leur dureté (encore appelé "gradation").

La dureté est fonction de la proportion d'argile dans le mélange : plus la quantité d'argile est importante, plus la mine de graphite sera dure.

 


GRADATIONS :
- tendre et très noir : 7B        6B        5B        4B       3B
- tendre et noir :        
2B       B          HB       F
- dur :                          H         
2H       3H        4H
- très dur :                  5H        6H        7H        8H        9H

  Pour dessiner, il convient d'utiliser un minimum de 3 ou4 gradations différentes (voir en gras italique les gradations préconisées dans liste ci-dessus). Ces crayons seront utilisés pour :

Proposition :     - HB pour les tracés légers préliminaires,
- 4B et 2B pour les tons, ombres et aplats,
- 2H pour les détails et pénombres. 

  SUPPORTS DE DESSIN :  Le principal support utilisé est le papier à dessin. Allant du satiné au grains fins et grains moyens, on trouve le papier en plusieurs formats et grammage.

A noter que le papier de marque Canson comporte des grains fins d'un coté et moyens de l'autre. Il conviendra donc de privilégier un coté en fonction du sujet.

 

 

FORMAT DU PAPIER : Le format international du « papier industriel » que l’on connaît par exemple sous l’appellation de FORMAT A4 n’est pas souvent utilisé en « art dessin ».

Les formats français « dessin » normalisé par l’Afnor, existent en multiples dimensions. La dénomination provient des temps anciens ou des filigranes figuraient sur ces papiers fabriqués à la main.

Les formats en gras rouge ci-dessous sont principalement utilisés en dessin. On trouve différents grammage pour chacun de ces formats.

Il convient de noter que la fabrication industrielle du papier aquarelle et autres papiers à dessin, a donné naissance à de multiples formats selon le fabricant. Ces formats se rapprochent plus ou moins des formats d’origine, qui eux de toute façon, variaient en fonction des conditions de fabrication.

Dénomination           Format en cm                          Dénomination             Format en cm

CLOCHE                    30 X 40                                   POT                          31 X 40
TELLIERE ?                34 X 44                                  COURONNE               36 X 46
ECU                          40 X 50                                  COQUILLE                 45 X 56
CARRE                      45 X 56                                 CAVALIER                  46 X 62

RAISIN
                    50 X 65                                  DEMI-RASIN             32,5 X 50
DOUBLE RAISIN       65 X 100                                JESUS                        56 X 76
SOLEIL                      60 X 80                                 COLOMBIER                63 X 90

PETIE AIGLE            70 X 94                                  GRAND AIGLE           75 X 106
GRAND MONDE          90 X 126                                 UNIVERS                   100 X 130

   AUTRE MATERIEL NECESSAIRE :  D'autres outils seront à ajouter à cette liste : gomme normale et gomme mie de pain, règle graduée permettant de prendre les proportions (plus facile d'utilisation que le crayon tendu à bout de bras) et une équerre/rapporteur, dont nous verrons l'emploi lors de la perspective linéaire.

Comme nous le verrons plus loin, le mètre pliant sera très utile ....... le marteau ... NON

 

Partager cet article

Published by JM LETZ - dans abc-dessin
commenter cet article
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 19:55

Pour commencer à dessiner, il faut si possible :
- un poste de travail adéquat (bloc à dessin / feuilles poser sur une table)
- un bon éclairage du plan de travail
- un sous-main (feuille) pour éviter de poser la main sur votre travail
- un crayon graphite à tenir plus haut que lors d’une écriture (souplesse du poignet).

 Pour assouplir ce poignet et avoir un geste libéré, il convient d’exercer en effectuer les exercices ci-dessous.

EXERCICES : ................... à réaliser pendant vos moments perdus ..... même en téléphonant

Divisez une feuille de papier A4 en 6 rectangles égaux pour effectuer :

-          de 1 à 12 ces exercices d’assouplissement

-          de 13 à 39 ces exercices de structures que vous pourrez intégrer dans vos croquis

 

Nota : ces structures peuvent représenter des éléments naturels (feuilles, buissons, arbres, fleurs, herbes, eau) ou divers matériaux (briques, murs, tuiles).

STRUCTURE EDUC MAIN

EDUCATION DE L'OEIL :
Cette éducation passe par une bonne évaluation des dimensions et des distances. Le respect des proportions est nécessaire pour une bonne représentation du sujet.
Il faut donc éduquer son regard, établir des rapports précis en comparant les dimensions.

Plutôt que d’utiliser un crayon tendu à bout de bras, je propose de le remplacer par une réglette, ou mieux encore, 2 branches d’un mètre pliant.
Nous verrons plus loin que cet instrument nous servira aussi dans d’autres circonstances.

 

En prenant les dimensions, utilisez une mesure référence de base (unité) et par comparaison reportez les autres dimensions.

Une autre méthode consiste à utiliser un cadre transparent comportant une surface quadrillée. Cet ustensile permet de reporter différents points du sujet. Il peut aussi être utilisé pour réaliser un cadrage permettant d’avoir une bonne composition.

EXERCICES : Respect des proportions ci-dessous

Sans trop tenir compte de la perspective et des ombres qui seront étudiés plus loin, dessinez des volumes ou objets en respectant les proportions

DIMENSIONS EDUC OEIL

Nous prendrons comme unité de base la mesure d’une arête du cube.

Une dimension identique sera donc à reporter pour le diamètre de la sphère … et sa position par rapport au cube. Pour la hauteur du cylindre, une dimension de base multipliée par deux sera appliquée.

 En éduquant l’œil, nous arriverons assez vite à ne plus prendre de mesure, mais par comparaison la dimension reportée sur le papier sera facilité … et presque automatique.

 

********************

Partager cet article

Published by JAIME - dans abc-dessin
commenter cet article
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 19:54

Perspective très simple à mettre en oeuvre. La superposition des éléments nous donne la situation dans l'espace (dans le sens de la profondeur)


Ci-dessus : A gauche sans chevauchement, à droite avec chevauchement

Exemple :


Les arbres, par chevauchement sur les autres plans, définissent mieux la profondeur.
Les Embiez au Brusc
(Dessin de l'auteur, graphite sur papier Canson)
 

Partager cet article

Published by JM LETZ - dans abc-dessin
commenter cet article
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 19:48

 
Dans l'exemple ci-dessus, le changement de taille des maisons donne la profondeur et influence la perception (situation dans la profondeur, du plus près au plus loin, du plus grand au plus petit)

 

Mise en application en peinture :

Sans aucune ligne de fuite ou autre perspective, seul le changement de taille des feuilles de nénuphars nous précise la profondeur.


Mare aux nénuphars

(Huile de l'auteur sur papier toilé 42x56cm)

Partager cet article

Published by JM LETZ - dans abc-dessin
commenter cet article
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 19:42


La réduction de l'espacement entre les objets, en même temps que le changement de taille, procèdent également à cette perception de profondeur. Dans l'exemple ci-dessus, à gauche, la profondeur n'est pas perçue, alors qu'à droite, le cerveau à travers cette vision interprète un éloignement successif des poteaux. La profondeur est mieux suggérée.

 

Nota : Nous verrons ultérieurement comment ce tracé est opéré.

Exemple de mise en application

Esquisse d'un pont : réduction des espacements des arches et de la rambarde nous influence sur le sens de la profondeur.

PONT-EXPLI.jpg

Partager cet article

Published by JM LETZ - dans abc-dessin
commenter cet article
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 19:31

Le modelé est un des procédés utilisé pour définir les formes ou volumes "ronds" qui ne comportent pas d'arêtes vives, donc pas de lignes de fuite. C'est la lumière qui génère les ombres et lumières réfléchies. Souvent  ces ombres vont apporter la meilleure information en étant facilement interprété par le cerveau.
Il convient, dès le départ de représenter la direction de la lumière par la représentation d'une flèche en perspective. Ici la lumière arrive de l'arrière droit.

 Exemples de  mise en application :


CERISES NOIRES

Dessin de l'auteur sur papier Canson 22 x 30 cm avec mine graphite "aquarellable"

 
                   

Autre exemple : Exercice réalisé en cours

DRAPE Dessin de l'auteur Graphite sur papier Canson 22 x 30 cm

Partager cet article

Published by JM LETZ - dans abc-dessin
commenter cet article
30 septembre 2007 7 30 /09 /septembre /2007 19:56
LUMIERE ET CERCLE CHROMATIQUE

Avant d’aborder le dessin « noir et blanc », passons rapidement par un point nécessaire et indispensable : la couleur et donc la lumière. Cette lumière est un flux de photons (ondes électromagnétiques). En traversant un prisme, elle se décompose en différentes couleurs.

Nota : La décomposition de la lumière a été découverte par NEWTON et la recomposition possible de la lumière par YOUNG à partir de 6, puis de 3 couleurs.

On voit apparaître certaines de ces couleurs dans "l'arc-en-ciel" : c’est la partie de la lumière visible

Les couleurs principalement visibles sont :

ROUGE ORANGE JAUNE VERT BLEU INDIGO  - VIOLET  


CARACTERISTIQUES

Couleur

Longueur d’ondes (nm)

Fréquence (THz)

Rouge

625 – 740

480 – 405

Orange

590 – 625

510 – 480

Jaune

565 – 590

530 – 510

Vert

520 – 565

580 – 530

Bleu

446 – 520

690 – 580

violet

380 - 446

790 - 690

On notera que le rouge possède une longueur d'onde (aux alentours de 740 nanomètres) environ 2 fois plus grande que le violet (aux alentours de 380 nm). Cette caractéristique nous permet de voir un coucher de soleil et un ciel rouge, alors que toutes les autres couleurs ne parviennent plus à notre regard (difficultés à traverser l'atmosphère polluée). Ces ondes de lumières sont incolores mais notre cerveau relié à l’œil les traduit en couleurs selon la réception par les bâtonnets. En effet, dans l’œil, seulement 3 sortes de cônes-pigments visuels sont sensibles au bleu, au vert et au rouge :

-          cônes L sensibles aux ondes longues donc les rouges
-          cônes M sensibles aux ondes moyennes donc les verts
-         
cônes S sensibles aux ondes courtes donc les bleus

On a trop souvent coutume de dire que les trois couleurs primaires sont : le ROUGE, le JAUNE et le BLEU. Pour éviter toute confusion quant à la désignation de ces couleurs primaires, il faut avant tout préciser dans quel « système » sont situés ces couleurs : soit ADDITIF, soit SOUSTRACTIF.



COULEURS ADDITIVES
Ce sont les couleurs que l'on rencontre dans un système de lumière.
Exemple : télévision, écran ordinateur, rétro-projecteur
Les 3 couleurs primaires additives sont : le ROUGE, le VERT, le BLEU.
L'addition (recomposition) des 3 couleurs nous redonne le blanc (la lumière).



En additionnant deux couleurs primaires ci-dessus, on obtient 3 couleurs secondaires, à savoir :
- ROUGE + VERT = JAUNE
- ROUGE + BLEU =MAGENTA
 - BLEU + VERT = CYAN
et se sont ces 3 couleurs qui deviennent les 3 couleurs primaires dans le système des

COULEURS SOUSTRACTIVES
Le mélange des 3 couleurs MAGENTA + JAUNE + CYAN nous donne un brun profond se rapprochant du noir.

Ces couleurs sont utilisées dans un système "matière"
Exemple : peinture, imprimerie

En mélangeant deux couleurs primaires soustractives on obtient les 3 couleurs secondaires soustractives :
- MAGENTA + JAUNE = ORANGE
      MAGENTA + CYAN = VIOLET
 - CYAN + JAUNE = VERT
Ces 3 couleurs sont aussi appelées couleurs complémentaires :
- le VERT complémentaire de la couleur opposé à savoir le MAGENTA,
- l'ORANGE complémentaire du CYAN, et
- le VIOLET complémentaire du JAUNE.

A noter :
Un corps absorbe certaines radiations et nous renvoie certaines autres. Ce sont les radiations réfléchies qui nous informent donc sur la couleur de l'objet.
Exemple : une belle pomme toute rouge absorbe toutes les radiations/couleurs situées à droite du rouge, (voir arc-en-ciel) et nous renvoie la seule couleur rouge.
Blanc et noir : un corps blanc diffuse toutes les radiations, le noir les absorbe en totalité.

DEFINITIONS DES COULEURS

Elles sont définies principalement par 3 caractéristiques :

-          la teinte est en fait la fréquence qui engendre cette couleur,

-          la valeur représente l’amplitude lumineuse qui définit cette couleur,

-          la saturation représente la pureté de la couleur.

 

Voir également compléments sur couleurs dans la partie « Produits » sous « Peinture à l’huile ».


Partager cet article

Published by LETZELTER - dans abc-dessin
commenter cet article
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog